Maghrebarts Home


  Théâtre
Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens
 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

Quatre Heures à Chatila

La troupe Le théâtre d'Aujourd'hui (Masrah Al Yaoum) jouera Quatre heures à Chatila, pièce de Jean Genet traduite par Mohammed Berrada, pour la saison théatrale 2002. Un choix engagé rattrapé par l'actualité. La pièce est interprétée par Touria Jabrane et mise en scène par Abdelouahed Ouzri. Un récit où Genet médite sur un massacre, celui de Sabra et chatilla, dont la sauvagerie évoque chez lui ce témoignage à la fois fort et sensible.

"Sans doute j'étais seul, je veux dire seul Européen avec quelques vieilles femmes palestiniennes s'accrochant encore à un chiffon blanc déchiré, avec quelques jeunes feddayin sans armes.

Mais si ces cinq ou six êtres humains n'avaient pas été là et que j'aie découvert cette ville abattue, les Palestiniens horizontaux, noirs et gonflés, je serais devenu fou.

Ou l'ai-je été ? Cette ville en miettes, et par terre que j'ai vu ou cru voir, parcourue, soulevée, portée par la puissante odeur de la mort, tout cela avait-il eu lieu?"

En septembre 1982, Genet accompagne à Beyrouth Layla Shahid, devenue présidente de l'Union des étudiants Palestiniens.

Le 16 septembre ont lieu les massacres de Sabra et Chatila. Le 19 septembre, Genet est le premier Européen à pouvoir pénétrer dans le camp de Chatila.

Dans les mois qui suivent, il écrit Quatre heures à Chatila, publié en janvier 1983 dans La Revue d'études palestiniennes.

Ce texte magnifique, réquisitoire implacable contre les responsables de cet acte de barbarie, ne commence pas par évoquer l'horreur du charnier.

Il commence par le souvenir des six mois passés dans les camps palestiniens avec les feddayin, dix ans avant le massacre de Sabra et Chatila.

Déclenché par la vision du massacre, le texte s'écrit dans la nostalgie de la féerie d'autrefois.


«Le texte de Jean Genet Quatre heures à Chatila attire le théâtre d'Aujourd'hui, en cette quinzième saison 2001/2002, dans un nouveau sentier, aussi rude que plaisant, nécessitant, nous en sommes conscients, toutes les ressources de l'expérience passée.

Nous prenons cependant, le risque de mettre en scène un texte puissant, loin des artifices de la langue qu'impose souvent le langage poétique, et dépouillé des images qui favorisent l'exercice de la pratique théâtrale.

L'écrit de Jean Genet, majestueusement servi par la plume arabe de notre ami Mohammed Berrada, n'a de prétention que celle du témoignage.

Quel autre langage peut emprunter le poète pour conter les massacres de Sabra et Chatila que celui de la vérité absolue? L'œuvre s'inscrit dès lors dans l'universel.

Ce témoignage, par delà les mots simples qui décrivent les cadavres "qu'on abandonne sans prière," et par delà la misère ou les errements des analyses, nous fait révéler un Genet à travers la fascination de la mort et le jaillissement de la beauté.»

Abdelouahed Ouzri

 

A voir également:
Jean Genet et le Monde Arabe

Publication d'un Coffret Multimédia sur Jean Genet

Programme des spectacles: voir Agenda

Jean Genet: un Chant d'Amour

Quatre heures à Chatila
de Jean Genet
Spectacle en langue arabe
Traduction de Mohamed Berrada

Interprétation
: Touria Jabrane
Mise en scène: Abdelouahed Ouzri
Dramaturgie
: Mohammed Behjaji
Scénographie: Driss Snoussi
Misique: Youness Mégri
Production: Le théâtre d'Aujourd'hui, Ministère de la culture et de La Communication & Service de coopération de l'Ambassade de France

 

 
 

 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc