Maghrebarts Home

 


  Actualités

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

Livre
News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens
 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

Avec MAP
16/03/2006

 

Voir également:

Autres actualités

La Crise de la Langue Arabe au Maroc?

 

«La crise de la langue arabe au Maroc entre cafouillage de la pluralité et bafouillage de la traduction», est l'intitulé du livre que vient de publier Abdelkader El Fassi Fihri, directeur de l'Institut d'études et de recherches pour l'arabisation (IERA), aux éditions «Zaouiya».

Dans cet ouvrage de 124 pages (petit format), l'auteur a, tout en apportant quelques éléments de réponse à un ensemble de problématiques qu'il considère les principales causes de cette crise provoquée au niveau de la langue, souligne l'intérêt que revêt la traduction en matière de progrès et d'accompagnement des nouveautés.

En effet, la traduction permet d'effectuer un saut culturel qualitatif qui n'admet pas le repli sur soi paralysant, a ajouté ce professeur de linguistique arabe et littérature comparée.

Le directeur de l'IERA a fait remarquer que la traduction ne peut être circonscrite à la connaissance de l'autre, ses spécificités, ses mœurs, ses traditions, ses connaissances, ses créations artistiques et son éthique, mais qu'elle fait évoluer " la conscience de soi" qui est en contradiction non pas avec l'autre, mais avec notre «être culturel» qui est pluriel, désormais.

«Nous sommes dans le besoin d'une transformation et d'un progrès culturel qui doivent assimiler un ensemble de concepts et de principes moraux et juridiques produits par l'autre, et devant devenir, pour nous, universels, sans que l'on ressente forcément de la dépendance ou de la domination à son égard», a souligné le professeur El Fassi Fihri.

La traduction est le moyen idoine pour assimiler les autres cultures, avec leurs bienfaits et leurs revers, a-t-il indiqué.

Après avoir expliqué les interactions entre le texte traduit et l'original ainsi que le lien qui s'installe entre «la langue du récepteur» et celle de celui qui a écrit le texte original, le directeur de l'IERA a analysé ces cafouillages dont souffre la langue et qui résident, selon lui, dans la langue de l'enseignement et dans la manière dont est dispensée la langue.

Il a relevé les différents points de faiblesse de la langue arabe qui l'empêchent de devenir une langue «opérationnelle», «souple», « saine» et «aisée» s'étendant à toutes les formes d'expression et à la vie quotidienne.

«La planification» et «la promotion de la langue» deviennent une nécessité impérieuse, pour dépasser ces cafouillages qui ne sont pas le propre de la langue arabe mais de toutes les langues des grandes civilisations, a souligné le directeur de l'IERA.

D'où la nécessité, pour le Pr. El Fassi Fihri, de publication de livres de grammaire, ainsi que de dictionnaires qui soient non seulement modernes mais diversifiés dans leurs matières, rôles et approches.

Abdelkader El Fassi Fihri a à son actif plusieurs ouvrages, notamment «La langue et l'environnement» (Editions Azzaman, 2003), «La comparaison et la planification dans la recherche linguistique» (Dar Toubqal, 1998), «Le dictionnaire arabe» (Dar Toubqal, 1986), «Les linguistiques et la langue arabe»(Dar Toubqal, 1985), «Les linguistiques arabes : Formes et interprétations» (Editions de la faculté des Lettres à Rabat, 1982).

 
 

 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc