Maghrebarts Home

 


  Actualités

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

Livre
News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens
 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

13e Prix Grand Atlas: Nedali Récompensé pour ses Morceaux de Choix

 

Depuis sa création en 1991, le Prix Grand Atlas s'est assigné le rôle de faire connaître et reconnaître la littérature marocaine d'expression française, en récompensant deux ou trois œuvres dans des catégories différentes, et ce à travers un jury constitué de professionnels dans le domaine du livre, dont des personnalités très renommées ont accompagné le succès grandissant de ce Prix.

C'est ainsi que beaucoup de nos auteurs francophones ont eu le privilège de se voir octroyer cette distinction dans les sessions précédentes, à savoir: Driss Chraîbi, Abdelfettah Kilito, Mohamed Ennaji, Ali Abderrazik, Mohamed Zaf-Zaf, Mehdi Bennouna, et d'autres.

Pour cette année 2005, le Prix Grand Atlas a eu une autre saveur puisqu'il s'est intéressé aussi à l'avis de jeunes lycéens en leur donnant la chance de faire leur choix après avoir lu les dix livres sélectionnés pour la compétition du Prix Grand Atlas dans la catégorie roman, nouvelle et poésie. Deux lycées de filles de Rabat, Lalla Aîcha et Omar El Khayyam, ont eu la chance de découvrir les écrits d'une dizaine d'auteurs qui s'expriment dans la langue de Molière.

Il s'agit de Belkassem Bellouchi, Mahi Binebine, Henri Michel Boccara, Abdellatif Laâbi, Mohamed Loakira, Mohamed Nedali, Tayb Seddiki, Moha Souag, Sabine Wollbrecht et Zakia Zouanat.

L'édition 2005 a aussi voulu encourager et faire connaître de nouveaux talents en récompensant deux livres parmi la catégorie jeunesse qui a réuni six ouvrages de la littérature marocaine avec Abdellatif Laâbi, Nadia Ben Moussa, Véronique Abt, Fouad Laroui et Sonia Ouajou.

"Pour la seconde fois, le Prix Grand Atlas récompensera également une œuvre destinée à la jeunesse", a précisé lors de la remise des Prix Phillippe Faure, Ambassadeur de France au Maroc, ajoutant que "dans ce champ de la littérature, c'est un Maroc immémorial qui semble nourrir auteurs et éditeurs au travers de contes traditionnels ou de fiction documentaires consacrés aux arts et traditions populaires (le Zellige, Achoura). D'autres ouvrages abordent des thèmes plus contemporains, comme la question de la différence, à travers l'histoire d'un enfant autiste (La meilleure façon d'attraper les choses) ou encore les Marocains résidant à l'étranger vus par un petit garçon en Vacances au Bled ".

Par ailleurs, et pour laisser la dernière parole au jury de cette édition présidé par Jean-Marie Gustave Le Clezio, grand écrivain français d'origine mauricienne qui assiste pour la deuxième fois à ce prix.

La première (1998) en tant qu'observateur ayant accompagné sa femme qui a fait partie du jury et la seconde en tant que président du jury, une fonction qu'il occupe pour la première fois dans sa vie, mais dont il était très content.

"Je salue énormément les organisateurs de ce Prix Grand Atlas qui fournissent beaucoup d'efforts pour réussir cette manifestation et nous mettre à l'aise durant notre séjour au Maroc", nous a confié M.Le Clezio.

Et comme le veut la tradition, il était chargé de nous dévoiler les noms des gagnants de cette édition. Un moment de grande attention, très attendu surtout par les participants à la compétition et leurs éditeurs, ce vendredi 17 juin qui fut une journée de canicule.

Le choix est tombé cette fois-ci sur l'ouvrage de Mohamed Nedali dans "Morceaux de choix: les amours d'un apprenti boucher" dans la catégorie fiction (roman,nouvelle ou poésie). Un choix, qui fut récompensé par un chèque de 30.000 dirhams, ayant aussi coïncidé avec celui des lycéennes qui l'ont gratifié par un beau tableau de peinture. Ces dernières ont trouvé cette expérience très enrichissante, basée sur la discipline, la ponctualité dans le temps et la découverte de la littérature marocaine dans une langue étrangère.

Quant aux deux prix de jeunesse, ils sont revenus à deux grands auteurs très connus sur le plan national: Abdellatif Laâbi dans "L'orange Bleue" et Fouad Laroui dans "La meilleure façon d'attraper les choses".

A cause de l'absence de ces auteurs, les deux éditeurs concernés se sont exprimés à leur place. Rachid Chraïbi des Editions Marsam et Nadia Salmi des Editions Yomad, tous deux très contents de la distinction de leur produit.

Bien sûr, toutes les œuvres ont été lues avec un grand intérêt de la part du Jury, mais le choix d'un livre parmi d'autres, comme nous a dit Jean-Marie Gustave Le Clezio, "reste une question de goût à laquelle s'ajoutent plusieurs critères qui sont la différence, la captivité du texte devant nous remettre en question, le sujet traité… "

Pour le Prix de traduction, Mme Isabelle Nyffenegger, responsable du livre au Service de Coopération et d'Action Culturelle, a déclaré à l'assistance que celui-ci sera décerné chaque deux ans, car la traduction est le seul moyen pour un dialogue approfondi entre nos deux cultures.

Une hypothèse appuyée par M. l'ambassadeur en disant que " le français n'a pas d'avenir comme langue de culture si les grands textes de la pensée française ne sont pas mis à la disposition du public arabophone, tout comme notre dialogue avec la culture marocaine ne peut exister sans une réelle connaissance des œuvres de langue arabe. Nous voulons faire de la traduction un axe central de notre politique culturelle au Maroc ."

Ouafaâ Bennani
18/06/2005

Voir également:

Autres actualités du livre

 

 
 

 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc