Maghrebarts Home

 


  Actualités

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens
 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

Le Patrimoine Architectural du XXe Siècle de Marrakech

 

L'intérêt de la préservation du patrimoine du XXe siècle n'est plus un sujet à débattre. En plus, il témoigne d'une phase de l'histoire de la ville. Marrakech n'a pas besoin d'enseigne car le site même est chargé d'histoire de valeurs des différentes ethnies qui s'y sont succédées.

La beauté de Marrakech ne réside pas uniquement dans les monuments antérieurs au XXe siècle; mais également dans un autre groupe de bâtiments historiques de la ville nouvelle connue pour ses larges avenues.

L'avenue de Mohamed V où se trouve un nombre de bâtisses telle le marché de Guéliz, l'ancien café Renaissance, les bâtiments à moins de trois étages… mérite d'être préservée. Rappelons qu'à l'encontre des autres villes historiques du XXe siècle, le thème de l'art nouveau et l'art déco sont moins représentés que les lignes pures des bâtiments à moins de trois étages. En fait, pour décider s'ils sont modernes, des études pourraient être effectuées pour mettre en valeur leur architecture.

Il s'agit de l'intérêt historique et touristique de la ville. En fait, Marrakech doit conserver un cachet d'une valeur sûre pour acquérir un droit de se développer de façon authentique au niveau d'autres endroits. En réalité, nous aimons bien le style de construction de «maisons ocres» ; mais pour assurer la valeur de l'ensemble de la ville, il faut préserver ce qu'il y a de plus authentique. Et, le marché de Guéliz n'est pas des moindres.

Nous avons était attristés d'entendre qu'on pourrait le détruire. En effet, il serait triste de le perdre après la construction d'une grande surface commerciale. Dans une ville comme Marrakech, où il est devenu facile d'accéder à tout type de produits commerciaux, un groupe de café littéraire ou de complexe culturel dans un point aussi focal ne serait au désavantage de la ville. Ne dit-on pas que la culture n'est pas contradictoire avec le bénéfice d'un commerce.

D'un point de vue urbain, la destruction des bâtiments de moins de trois étages sur l'avenue et la construction de bâtiments plus hauts n'est point bénéfique car le visiteur pourrait avoir un sentiment de suffocation. En fait, il se peut qu'on ajoute des structures pour quelques étages supérieurs après des études scientifiques, mais perdre ce bâtiment serait triste et réduira le rapport de la largeur de l'avenue et la hauteur des bâtiments.

En plus, il faut garder un espace ouvert pour mettre en valeur la montagne de Guéliz et la Koutoubia ainsi que les bâtiments environnants. Le développement de la ville peut se développer sans problèmes sur d'autres points de la ville nouvelle. Les responsables de la ville pourront mettre en valeurs d'autres avenues telles l'avenue de France au-delà du théâtre tout simplement sur d'autres zones qui revêtent un intérêt du même poids.

Perdre le marché de Guéliz revient à éliminer un point focal de l'avenue. Les étudiants des écoles privées environnantes pourrait profiter d'un endroit culturel central qui complémentera leurs activités culturelles. Une galerie d'art peut y être logée. Peut être un groupe scolaire pourrait être intéressé à fructifier ces bâtiments. Enfin, le nombre de projets de différentes natures peuvent être très fructueux sur différents plans et peuvent y être installé.

Magyda Cherradi
28/02/2005

Autres actualités

Actualités et Expositions actuelles à Marrakech

 

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc