Maghrebarts Home

 


  Actualités

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

 

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

Musiciens et Acteurs Américains contre la Guerre:
 Vont-ils payer le Prix de leur Engagement?

 

Qu'il s'agisse de Madonna, Sean Penn, des Dixie Chicks ou de Susan Sarandon, de nombreuses stars de la musique et du cinéma américains qui ont osé publiquement s'opposer à la guerre contre l'Irak commencent à en payer le prix au point d'être contraints, pour certains, de faire amende honorable.

L'exemple le plus récent concerne la chanteuse Madonna, qui vient de renoncer à sortir aux États-Unis le clip vidéo de son dernier disque, American Life, au ton franchement anti-guerre.

«J'ai décidé de ne pas sortir mon nouveau clip. Il a été filmé avant la guerre et je ne crois pas qu'il soit approprié de le lancer en ce moment», a-t-elle expliqué dans un communiqué publié sur son site internet. Madonna y affirme «son respect pour les forces armées qu'elle soutient, et pour lesquelles elle prie».

Le clip d'American life, chanson de l'album du même nom qui doit sortir le 22 avril, montre l'artiste chanter, sur fond d'explosions et en tenue militaire, «je vis le rêve américain». A la fin du clip, la chanteuse lance une grenade contre un sosie impassible du président George W. Bush, qui s'en sert pour allumer un cigare.

Le tournage du vidéo-clip, achevé à la mi-février, avait déjà à l'époque fait l'objet de critiques.

Madonna s'était défendue en se déclarant «favorable à la paix» mais «pas anti-Bush ou pro-Irak». «J'ai écrit une chanson et créé une vidéo qui expriment mes sentiments sur notre culture et nos valeurs, sur les illusions du rêve américain dans lequel beaucoup de gens croient», a encore précisé Madonna ce week-end.

La décision de Madonna a été largement influencée par la crainte que sa carrière ne pâtisse de sentiments anti-guerre exprimés dans une période de renouveau du nationalisme américain.

«Après tout, c'est une femme d'affaires et elle a vu ce qui est arrivé aux Dixie Chicks», estime le professeur de communication Sherry Bebitch Jeffe, de l'université de Californie du Sud.

Les «Dixie Chicks», trois musiciennes d'un groupe très en vogue de musique country, font l'objet de violentes critiques pour avoir dénoncé lors de concerts le président George W. Bush. Le 10 mars à Londres, la chanteuse du groupe, Natalie Maines, avait déclaré sur scène qu'elle avait «honte» d'être du même État, le Texas, que le président américain.

Devant le tollé, Natalie Maines a dû s'excuser publiquement. «En tant que citoyenne américaine, je présente mes excuses au président Bush car ma remarque n'était pas respectueuse», a-t-elle déclaré sur le site internet du groupe.

Après «la déclaration de Londres», les ventes de leur dernier disque, «Home», ont chuté, passant de 124 000 à 72 000 unités hebdomadaires.

Les acteurs qui ont critiqué le président Bush n'ont pas non plus été épargnés par les critiques. Susan Sarandon, connue pour son activisme politique, a été contrainte d'annuler une rencontre caritative qui aurait pu générer «des divisions».

Dustin Hoffman, qui s'était déclaré en février «contre les positions du gouvernement actuel» lors d'un gala de bienfaisance à Berlin, a décidé de suspendre un discours pacifiste à Los Angeles après avoir reçu des courriels menaçants.

L'acteur d'origine espagnole Martin Sheen, interprète du président des États-Unis dans la série À la Maison Blanche, a reçu une avalanche de protestations après avoir demandé plus de temps pour les inspecteurs de l'Onu en Irak. Sans doute l'acteur hollywoodien le plus mobilisé, il avait appelé dans une publicité télévisée les Américains à s'unir contre la guerre.

Un autre acteur, Sean Penn, qui s'est rendu en Irak plusieurs semaines avant le déclenchement des hostilités, a déclaré que son opposition à la guerre lui avait récemment coûté un rôle dans un film.

Quant au cinéaste Michael Moore, qui avait profité de son Oscar du meilleur film documentaire pour crier «Honte à vous, Monsieur Bush», il avait été hué par une partie du tout-Hollywood.

La guerre contre l'Irak
Guerre contre l'Irak:  Hollywood vs Bush

 

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc