Musique

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens
 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

     

 

Qu'on se le dise! Tétouan aura «son» Festival, un festival dédié aux femmes d'ici et d'ailleurs. Du 3 au 5 juillet, l'ensemble de la Colombe Blanche, cette fille de Grenade qui a su garder jalousement ses traditions, sera au devant de la scène médiatique et vibrera aux rythmes de la première édition du Festival «Voix de femmes». Placée sous le Haut patronage de Sa Majesté Mohammed VI, cette manifestation organisée par l'Association «Voix de femmes», autour du thème «Voix de Femmes, voies du futur» est un hommage «à toutes les femmes de Tétouan, connues et méconnues, qui ont œuvré inlassablement pour mener leur ville au 21e siècle, tout en préservant son authenticité et son identité plurielle ». L'information a été officiellement annoncée par la présidente de l'Association, Mme Karima Benyaich lors d'une conférence de presse tenue à Dar Essanae de Tétouan.
Les femmes ont, historiquement, un rôle important dans l'économie culturelle des sociétés traditionnelles. «Voies du futur» mais également piliers du passé, des générations de femmes tétouanaises ont combattu pour de nobles causes et se sont brillamment distinguées. Les exemples ne manquent pas… Commençons par celle qui a régné sur Tétouan pendant 17 ans (entre 1525 et 1542): Assaida al Horra. Tout un symbole occulté depuis et que ce Festival voudrait ressusciter. Touria Hassan, l'étoile tétouanaise oubliée, a été la première femme à monter sur les planches de théâtre ouvrant ainsi la voie du sixième art à plusieurs générations de comédiennes marocaines. Fatima Hassan, fille de Tétouan, est pionnière puisqu'elle est la première femme, au Maroc, à intégrer le monde de l'art. Alia El Moujahid s'est fait connaître par sa virtuosité à manier le oud… D'autres femmes ont œuvré sur le champ culturel, artistique ou associatif, ont porté en elles des messages de respect, de dialogue et d'égalité mais n'ont jamais reçu d'hommage à la hauteur de leurs actions. Si ce Festival a un message à passer, c'est très certainement celui de l'importance de réparer cet oubli en mettant à l'honneur la femme tétouanaise et plus généralement, la femme marocaine qui a su bon gré mal gré, allier tradition et modernité.
Le programme culturel s'annonce d'ores et déjà riche et varié. Trois jours durant, seront accueillies des artistes, chanteuses, musiciennes, peintres de différentes régions du Royaume pour offrir leurs voix sous forme de concerts, d'expositions et de spectacles autour de la tolérance, du dialogue entre les cultures et du rapprochement entre les peuples. L'art de la table, de la broderie, de l'orfèvrerie sera également représenté. Ce Festival tendra à montrer les différentes voies empruntées par les femmes tétouanaises pour faire entendre leurs voix. Nonobstant le chant et la musique, des expositions seront organisées dans différents lieux de la ville. Ainsi, une exposition rendra hommage à Fatima Hassan El Farrouj. Celle qui expose en France, aux Etats-Unis, au Brésil ou en Allemagne sera «enfin» mise à l'honneur dans «sa» ville. Son nom sera attribué à une galerie. Ses œuvres seront, quant à elles, exposées tout au long du Festival.

Selon Safae Erruas, commissaire de l'exposition, Fatima Hassan a même entrepris de nouvelles créations exclusivement pour ce rendez-vous artistique. Rappelons que cette grande figure de l'art appartient à une génération où les femmes n'avaient pas de possibilités de développer un travail artistique. Malgré cela, elle a réussi à s'imposer dans un monde qui était jusque-là strictement masculin. Des lectures de poèmes seront organisées autour des Marocaines Touria Majdouline, Imane Khattabi et de la poétesse qui fera le déplacement du Yémen: Saoussan Oraiqui.

L'empreinte de la femme rurale dans le développement sera également mise en exergue dans le «marché au fil du temps» où seront exposées poteries et autres productions artisanales qui feront montre d'un savoir-faire trop souvent minimisé. L'art du costume traditionnel sera mis au-devant de la scène à travers un défilé tétouanais qui alliera l'ancien et le contemporain. Si l'histoire de Tétouan peut être appréciée par le biais de l'habillement, elle peut être découverte aussi à travers l'architecture. 

Une balade tétouanaise sera proposée aux visiteurs attendus nombreux: de Bab Saïda à Sidi Saïdi (saint patron de la ville), d'Al Kharrazine à Souk al-Hout, de Attarrafine à Assiyaghine, de la synagogue à l'église Señora de Victoria, ces lieux emblématiques de la ville mettront en exergue le cachet multiculturel de Tétouan qui a su préserver des siècles durant, ces influences venues de l'extérieur et représentant les trois cultures. Justement, ces trois cultures se marieront durant le Festival dans le domaine du chant. Begonia Olavide, Vanesa Paloma et Samira Kadiri émerveilleront et captiveront par leur voix tout en démontrant la symbiose historique de ces trois cultures à travers l'art. Ce rendez-vous à ne pas manquer est «un outil qui permettra de sauvegarder le patrimoine singulier de la ville de Tétouan, classée Patrimoine mondial de l'humanité.

Ce Festival représente également un levier du développement cultuel(…)», selon Mehdi Zouak, délégué régional de la Culture à Tétouan. Côté musique, de grandes figures de la scène artistique nationale et internationale se retrouveront sur les trois scènes prévues par la ville. Majda Roumi, Enzo Enzo, Samira Bensaïd, Khansae, Nouzha Chaabaoui, Rachida Talal, Asmae El Menawar, Nabila Amaan, Amparanoïa apporteront leurs empreintes à ces trois jours de festivités.

A travers ce Festival, véritable scène des arts et des cultures, Tétouan l'andalouse, autrement surnommée «la fille de Grenade» ou encore «la petite sœur de Fès» retrouve son cachet d'antan: un lieu de dialogue et de rapprochement entre les cultures : arabe, andalouse, africaine et européenne… Que la femme soit l'emblème et le porte-drapeau de ce Festival n'est pas surprenant. C'est justement elle qui perpétue le lien aux origines et qui donne ainsi de la voix aux voies de mémoire et de futur…

Amel Nejjari
22/05/2008

Voir Également:

Page Musique
Programme spectacles:Voir
Agenda

Découvrez nos sélections musique

Voix de Femmes, Voies du Futur au Festival de Tétouan 

 
 

 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc