Maghrebarts Home

 


  Musique

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels


News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

 

Opéra en quatre actes

Version française créée à l’Opéra Comique de Paris en 1875

Livret d'Henri Meihac et Ludovic Halévy, d'après la nouvelle Carmen, de Prosper Mérimée

Direction musicale: Thierry Weber

Mise en scène: Olivier Desbordes

Décors: Patrice Gouron

décors et costumes réalisés par les ateliers du duo dijon

Carmen: Martine OLMEDA

Don José: Carlo GUIDO

Micaëla: Karine GODEFROY

Escamillo & Moralès: Christophe LACASSAGNE     

Frasquita: Cécile LIMAL

Mercedes: Hermine HUGUENEL

Zuniga: Zakaria EL BAHRI

Dancaïre: Jean-Pierre CHEVALIER

Remendado: Abdellah LASRI

Orchestre Philharmonique du Maroc  

Chœur National du Maroc sous la direction de Louis Peraudin

Chœur d’enfants de l’Ecole Internationale de Musique et de Danse (EIMD)

Synopsis:

Acte I

Une place à Séville.

Des soldats oisifs regardent passer la foule. La garde arrive, précédée d'une bande de gamins. Morales informe Don José de la venue d'une jeune fille, Micaëla. À cet instant, les cigarières sortent de la fabrique.

Carmen écarte les hommes qui se pressent autour d'elle, s'approche de Don José resté à l'écart et lui jette une fleur. Micaëla vient remettre à José une lettre de sa mère, qui lui conseille d'épouser la jeune fille. Une bagarre éclate dans la fabrique entre Carmen et Manuelita. Don José, envoyé sur les lieux, revient avec Carmen qui le nargue puis le séduit. Sur le chemin de la prison, il la laisse échapper.

Acte II

Taverne de Lillas Pastia
Carmen, en compagnie de Zuniga et Morales, chante. Arrive Escamillo, le toréador vainqueur, qui s'adresse galamment à Carmen. Le Dancaïre et le Remendado demandent à Carmen de les aider pour la contrebande. Elle refuse : elle attend José. Il arrive et Carmen danse pour lui, mais elle l'envoie au diable lorsque, à la sonnerie du clairon, il veut regagner la caserne. José, blessé, chante son amour. Carmen exige alors qu'il la suive avec les contrebandiers. José se soumet à son désir et déserte.

Acte III

Dans la montagne
Les contrebandiers chargent des ballots. Une scène éclate entre José et Carmen, lasse de sa jalousie. Elle rejoint ses compagnes qui tirent les cartes : les cartes prédisent la mort pour José et pour elle. Les contrebandiers partent avec les femmes chargées de distraire le douanier : José reste au camp. Escamillo arrive et explique à José qu'il cherche une gitane dont il est épris. Les deux hommes s'affrontent au couteau. Carmen survient et sauve Escamillo. Micaëla prévient José que sa mère est mourante. Il la suit en promettant à Carmen de la retrouver.

Acte IV
Les arènes de Séville.

Sur la place la foule se presse avant la corrida. Le quadrille défile. Escamillo paraît, Carmen à son bras. Frasquita et Mercedes avertissent Carmen de la présence de José. Carmen s'avance vers lui. Il la supplie de lui revenir, mais Carmen ne l'aime plus et jette la bague qu'il lui avait donnée. José, fou de douleur, la poignarde.

Carmen, la femme libre !

Dans une société figée, bourgeoise et moralisatrice, Carmen est la métaphore de la liberté : Carmen c’est la liberté de ton, liberté d’action, liberté du corps !

En rencontrant Don José, le militaire, elle s’attaque à la partie la plus rigoureuse de cette société castratrice. Comme un Don Quichotte féminin, elle attaque la citadelle de l’ordre.

C’est sur la place d’un village brûlé de soleil qui représente les lieux de toutes les étapes de la vie que va se jouer cette partie de carte. Une partie truquée contre des hommes qui opposent sans cesse le bien au mal comme s’il n’y avait rien d’autre.

Un duel entre une sorcière et une Espagne qui ressemble à un tribunal de l’inquisition.

Nous allons donc assister à une corrida entre ces mondes. Carmen en est le taureau libre (comme si la liberté était synonyme de bestialité) face à l’homme lâche armé de l’armada de ses certitudes.

Olivier Desbordes (metteur en scène)

 

 

Programme des spectacles:

Représentations pour les enfants :
Samedi 14 avril 2007, 16h30, Théâtre National Mohammed V, Rabat
Mercredi 18 avril 2007 à 15h00, Salle de l’Office des Changes, Casablanca

Représentations publiques :
Mercredi 18 avril 2007, 20h30, Salle de l’Office des Changes, Casablanca
Vendredi 20 avril 2007, 20h30, Théâtre National Mohammed V, Rabat
Samedi 21 avril 2007, 20h30, Théâtre Royal, Marrakech

 

Voir également:

Page Musique
Programme spectacles: Voir
Agenda

Visitez notre Kiosque pour découvrir nos sélections musique

Carmen de Georges Bizet

 

 

 

 
 

 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc