Maghrebarts Home

 


  Médias

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

 

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens
 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

Affaire TelQuel: On Plaisante pas avec les Ckeikhates

 

Les deux journalistes de l'hebdomadaire TelQuel, poursuivis en diffamation, ont été condamnés ce 29 décembre en appel à deux mois de prison avec sursis et à une amende de 800.000 dirhams ( par la Cour d'Appel de Casablanca.

En effet, La Cour d'appel a confirmé la peine de deux mois de prison avec sursis rendue en première instance en août dernier, et réduit de un million à 800.000 dirhams l'amende que les deux journalistes, Ahmed Reda Benchemsi et Karim Boukhari, respectivement directeur de la publication et chef des actualités de TelQuel, doivent payer solidairement.

La plaignante, Halima Assali, députée, avait poursuivi le directeur de TelQuel, Ahmed Réda Benchmsi, et le journaliste Karim Boukhari après la publication en juillet d'un article qu'elle a jugé diffamatoire à son égard.

Dans ce billet satirique intitulé "Secret d'une brune", le journaliste Karim Boukhari avait retracé la carrière de Mme Assali, la qualifiant d'ancienne "cheïkha", (danseuse populaire) et racontant comment elle est devenue parlementaire en adhérant à un parti politique.

"C'est un verdict injuste qui ne repose sur aucun fondement juridique", a déclaré à l'AFP l'avocat des deux journalistes, Me Mohamed Karam, critiquant la confirmation des deux mois de prison avec sursis "au moment où le gouvernement et le parlement cherchent à débarrasser le Code de la presse des peines privatives de liberté à l'égard des journalistes".

Fatima Moustaghfir, avocate de la plaignante s'est félicitée du verdict. "Le jugement est maintenant final et M. Boukhari doit passer à la caisse", a-t-elle dit.

Dans une autre affaire, TelQuel est poursuivi en diffamation par Touria Jaïdi, qui dirige une association d'aide à l'enfance. Il avait publié avec d'autres journaux une information affirmant qu'elle avait été convoquée par la police pour répondre de détournements de fonds.

La plaignante et le journal tentent de parvenir à "une solution à l'amiable". La Cour d'appel se prononcera le 3 janvier sur ce dossier.

Avec AFP
29/12/2005

 

 

Voir également:

www.soutientelquel.com/

Presse, Des Procès en Vrac

Autres actualités  Médias

 

 
 

 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc