Maghrebarts Home

 


  Médias

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

 

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens
 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

 Dix Ans d'Excommunication pour Lmarabet

 

Le journaliste marocain Ali Lamrabet a été condamné par le tribunal de première instance de Rabat à une amende de 50.000 dirhams et à l'interdiction d'exercer le métier de journaliste pendant dix ans.

Le jugement a été rendu le 12 avril au terme d'un procès en diffamation lancé contre Ali Lamrabet le 5 avril du même mois par M. Ahmed Kheir, porte-parole de l'Association des Parents des Sahraouis victimes de la répression dans les camps de Tindouf (PASVERTI)

Lmrabet a été également condamné à payer un dirham symbolique à la victime Ahmed Khar avec publication du prononcé du verdict au quotidien arabophone Al Ahdath Al Maghribia pendant trois semaines.

Le verdict, qualifié de "léger" par le plaignant, M. Ahmed Kheir, eu égard de la dimension de l'affaire en question. De l'autre part, Me Abderrahim Jamai, l'avocat de Lamrabet a déclaré à la presse que ce verdict, prononcé par contumace, est "unique et inéquitable" rajoutant que le tribunal lui refusé le droit de défendre son client.

Lmrabet avait déclaré en janvier dernier à l'hebdomadaire "Al Moustaqbal" (N 816) que les séquestrés de Tindouf ne le sont pas et qu'il s'agit d'un "mensonge et d'une allégation". Il avait aussi déclaré qu'ils "n'ont aucune envie de rentrer au Maroc."

Les réactions n'ont pas tardé. Le syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a réclamé l'annulation du verdict prononcé contre Ali Lamrabet, estimant que la peine d'interdiction d'exercer le journalisme n'était pas applicable dans ce procès en diffamation.

"Nous réclamons l'annulation de ce verdict parce qu'il est basé sur un texte de loi qui n'a rien à voir avec la profession", a déclaré Younes Moujahid, secrétaire général du SNPM, en allusion au fait que le tribunal se soit référé au Code pénal et non au Code de la presse.

Tout en se désolidarisant des "pratiques journalistiques de Lamrabet, en particulier lorsqu'il s'attaque ou diffame ses confrères", explique M. Moujahid, il estime que "la peine d'interdiction d'exercer le journalisme n'était pas applicable dans ce procès en diffamation".

Il lui reproche notamment qu'il "se soit lié avec la droite espagnole fasciste, notamment lorsqu'il a qualifié le Maroc de complice dans les attentats du 11 mars", a poursuivi le secrétaire général du SNPM.

Moujahid n'a pas non plus apprécié une autre plaisanterie de Lamrabet qui a affirmé dans une récente interview que "son nouveau journal serait financé par les services secrets étrangers." M. Moujahid a confirmé que "cette attitude ne peut être accepté dans aucune démocratie."

Le verdict prononcé par le tribunal de première instance de Rabat interdisant à Lamrabet d'exercer le métier de journaliste pendant dix ans se base sur l'article 87 du code pénal stipulant "l'interdiction d'une profession, activité ou art, doit être prononcée contre les condamnées pour crime ou délit lorsque la juridiction constate que l'infraction commise à une relation directe avec l'exercice de la profession"

Le journaliste Ali Lmrabet, connu pour ses démêlés avec les autorités marocaines, a été condamné à 3 ans de prison en juin 2003 pour "outrage à la personne du roi", avant d'être gracié par le roi Mohammed VI en janvier 2004.

Voir également:
- Le Journaliste Ali Lmrabet Libéré (7 janvier 2004)

- Affaire Lmrabet: On Achève Bien les Libertés ( juin 2006)

Autres actualités  Médias

 

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc