Maghrebarts Home

 


  Médias

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

Le Journaliste Ali Lmrabet Libéré

 

Le journaliste Ali Lmrabet, condamné à 3 ans de prison depuis juin 2003 pour "outrage à la personne du roi", a été gracié par le roi Mohammed VI. Une mesure qui concerne également son collègue et compagnon de cellule Mohammed El Hourd ainsi que cinq autres journalistes marocains, Mustapha Alaoui, Abdelmajid Ben Tahar, Mustapha Kechnini, Abdelaziz Jallouli et Miloud Boutrigui dont les procès étaient en cours. emprisonnés  et une vingtaine d'islamistes.

Les réactions n'ont pas tardé. Reporters sans frontières a remercié le roi Mohammed VI pour la libération d'Ali Lmrabet et Mohammed El Hourd. Le Secrétaire Général de l'ONG, Robert Ménard, a cependant exprimé ses regrets  "que ces deux journalistes aient dû rester si longtemps en prison et nous espérons que plus aucun journaliste ne sera désormais incarcéré au Maroc"

Ali Lmrabet, rédacteur en chef de Demain Magazine et Douman, avait été condamné,  à quatre ans de prison ferme, le 21 mai 2003, pour "outrage à la personne du roi", "atteinte à l'intégrité territoriale " et " atteinte au régime monarchique." Le 17 juin, sa peine avait été réduite en appel à trois ans de prison ferme ainsi qu'à l'interdiction de ses deux journaux satiriques "Demain Magazine" et "Doumane". Il a été auparavant condamné à 4 mois pour diffusion de fausse nouvelle.

Mohammed El-Hourd, directeur de l'hebdomadaire régional Asharq (publication d'Oujda), avait été placé en détention provisoire le 13 juin 2003 et condamné le 4 août 2003 au titre de la loi anti-terroriste, à trois ans de prison ferme pour "incitation à la violence" et apologie d'actes constituant un crime terroriste.

Mustapha Alaoui, directeur de publication de l'hebdomadaire arabophone Al Ousboue, poursuivi pour "apologie d'actes constitutifs d'un crime terroriste par voie de publications exposées à la vente" avait été condamné, le 11 juillet 2003 à un an de prison avec sursis et à la suspension de sa publication pour trois mois.

Abdelmajid Ben Tahar, rédacteur en chef l'hebdomadaire Asharq (publication régionale d'Oujda), placé en garde à vue le 13 juin 2003 sur ordre du procureur général du roi, avant d'être condamné le 4 août 2003 à un an de prison pour "incitation à la violence".

Mustapha Kechnini avait été condamné le 3 novembre à deux ans de prison, Abdelaziz Jallouli et Miloud Boutrigui à un an et demi, en vertu du code de la presse, pour "manquement au respect du roi", "atteinte au régime monarchique" et "incitation par le biais d'imprimés à des actes susceptibles de porter atteinte à la sûreté intérieure." Les trois journalistes avaient fait appel et n'avaient pas été incarcérés

Ali Lmrabet, qui observait une grève de la faim depuis le 30 novembre dernier pour protester contre son arrestation, a été condamné le 17 juin dernier à trois ans de prison ferme ainsi qu'à l'interdiction de ses deux journaux satiriques "Demain Magazine" et "Doumane", pour "outrage à la personne du roi".

 

Maghrebarts, le 7 janvier 2004

 

A voir Egalement:

ALi Lmrabet Incarcéré

Affaire Lmrabet: On Achève Bien les Libertés...

Qui Veut la Peau de ALi Lamrabet?

Rendez-nous Ali Lmrabet

 

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc