Maghrebarts Home

 


  Médias

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

Des Centres Multimédias contre la "Fracture Numérique" dans le Tiers-Monde

 

La "fracture numérique" entre pays riches et pauvres est un fait indéniable dont témoigne des chiffres  dans le domaine de l'Internet. Pour combler ce fossé, l'Unesco mise sur une expérience pilote en Afrique dite des Centres multimédias communautaires (CMC).

L'Unesco a indiqué avoir déjà reçu des promesses de dons de plus d'un million de dollars pour multiplier ces centres, testés depuis deux ans en Afrique.

D'importants financements pour ces CMC seront annoncés lors de la Conférence mondiale sur la société de l'information (SMIS), à Genève du 10 au 12 décembre, selon l'Unesco.

Trois chefs d'Etat de pays où ces centres sont en place (Mali, Mozambique et Sénégal) vont appeler, à Genève, la communauté internationale à participer au développement de ces centres.

Ces trois pays, selon le sous directeur général pour la communication et l'information de l'Unesco, Abdul Waheed Khan, un universitaire indien, sont ceux où "le travail le plus significatif en matière de développement du multimédia a été effectué".

D'après M. Khan, les Suisses, notamment à travers le Fonds suisse pour le développement (DDC), un organisme gouvernemental dirigé par Walter Fust, "vont apporter de l'argent pour développer ces projets de CMC".

Ces centres, qui devraient passer rapidement en Afrique de vingt à cinquante, devraient, selon des documents de l'Unesco, être financés aussi bien par les Etats, que par le secteur privé ou les Organisations non gouvernementales (ONG).

Ils seront, selon M. Khan, gérés par les communautés villageoises où ils sont implantés.

"Nous sommes désormais reconnus comme l'agence pilote dans ce domaine. Nous avons effectué du bon travail, particulièrement en Afrique, en combinant les média traditionnels tels que la radio et les nouveaux médias comme l'internet", a précisé M. Waheed Khan.

"En général, nous débutons avec un petit émetteur de radio local, qui coûte moins de 2.500 dollars et, ensuite, nous ajoutons des ordinateurs pour l'accès à l'internet. Dans certains cas, outre le téléphone bien sûr, nous disposons aussi d'un fax".

Ces CMC disposent de petits émetteurs radios appelés "valises radio" faciles à utiliser et combinés avec l'internet.

Les animateurs des centres interrogés par des auditeurs sur les radios communautaires qu'ils hébergent peuvent en effet répondre aux questions posées en surfant sur le net.

Dans certains villages qui ne sont pas alimentés en électricité, le solaire vient à la rescousse et, le 23 juin dernier, la Première dame du Sénégal, Viviane Wade, a inauguré à Mbissao (communauté rurale de Djender, ouest du Sénégal) un émetteur radio communautaire portable et un récepteur radio FM alimenté par la chaleur de quarante lampes à huile.

Lors d'un colloque international en juin à Dakar, "des partenaires internationaux se sont engagés à soutenir fortement le développement des centres multimédias communautaires en Afrique. De nouvelles promesses de financements pour ces centres ont atteint 1,2 million de dollars", a-t-on indiqué à l'Unesco.

A Genève, l'Unesco a l'intention, en liaison avec les autorités sénégalaises, maliennes et mozambicaines, d'annoncer des projets de développement et de financement des CMC pour "démontrer comme les nouvelles technologies de l'information peuvent concrètement faire évoluer les sociétés", notamment dans les domaines de l'éducation et de la santé.

Voir également:
Les Rencontres Méditerranéennes pour les Technologies de l'Information & Multimédia

Conférence mondiale sur la société de l'information: Une Radio pour les sans Voix de la Conférence

 

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc