Maghrebarts Home

 


 Médias

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels


News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

Qui Veut la Peau de ALi Lamrabet?

 

Les troubles de Ali Lamrabet se multiplient mais ne se ressemblent pas. Le directeur de publication des hebdomadaires Demain magazine et Douman devrais désormais passer plus de temps dans les tribunaux et les commissariats que devant l'écran de son micro-ordinateur. Non pas pour couvrir des affaires en cours, mais pour répondre lui même à plusieurs plaintes déposées contre lui, de surcroît par des collègues journalistes.

Plusieurs plaintes ont été déposées par quarante journalistes du quotidien Al Ahdate Almaghrebia contre Ali Lmrabet, pour un dessin paru dans Demain magazine, le 11 mai 2002, qui qualifiait la publication de "pornographique". Les journalistes ayant pris le soin de ne pas déposer plainte dans les mêmes endroits, le journaliste doit se présenter dans au moins six tribunaux différents pour des audiences qui s'étalent, pour le moment, entre le 28 janvier et le 5 juin 2003. "Il faudrait, pour pouvoir assister à tous ces procès, que le journaliste ait le don d'ubiquité. Il ne peut, de toutes les façons, être jugé et condamné plus d'une fois pour une même affaire", a déclaré Ahmed Benjelloun, son avocat. Pour Ali Lmrabet, "c'est clairement une affaire politique".

Le 17 avril, alors qu'Ali Lamrabet s'apprêtait à prendre un vol RAM (Royal Air Maroc), à l'aéroport de Rabat, en direction de Paris, deux agents de la DST lui ont signifié qu'il était interdit de sortie du territoire "sur instruction de la DST". Lorsque le journaliste leur a demandé s'il y avait une décision judiciaire, ils ont répondu par la négative.

"Nous sommes consternés par une telle mesure. Aucune décision judiciaire ne la justifie. Que reproche-t-on donc au journaliste, au point de l'interdire de sortir du territoire? Son impertinence? Son
irrévérence?", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Le 16 avril, l'organisation a annoncé qu'elle enverrait, la semaine prochaine, un de ses représentants au Maroc pour effectuer une mission d'enquête sur les récentes entraves à la liberté de la presse.

L'homme vit depuis plusieurs semaines sous le coup d'un véritable harcèlement judiciaire. Le 1er avril 2003, il est convoqué par la brigade judiciaire de Rabat (sur instruction du procureur du roi auprès du tribunal de première instance de Rabat). L'interrogatoire porte - durant cinq heures - sur une série d'articles parus au cours des derniers mois. Les articles incriminés concernent le budget de la liste civile royale voté au Parlement (document officiel du ministère des Finances distribué aux parlementaires), une bande dessinée sur l'"histoire de l'esclavage" et un photomontage mettant en scène des personnalités politiques du royaume.

"Etes-vous conscient que vous avez porté atteinte à la sacralité des institutions ?", demande-t-on au journaliste. Enfin, il est questionné sur les extraits d'une interview (parue à l'origine dans un quotidien espagnol Avui) d'un républicain marocain, Abdallah Zaâzaâ qui se prononçait notamment pour l'autodétermination du peuple sahraoui. Le journaliste est alors accusé d'avoir "porté atteinte à l'intégralité territoriale du Maroc". "Je m'étonne vraiment que l'on me reproche cette interview. D'une part, parce que la personne dont je reprends les propos n'a pas été, elle, inquiétée. D'autre part, parce que ce n'est pas la première fois que l'on rapporte de tels propos dans la presse marocaine", a déclaré le journaliste à Reporters sans frontières.

Le 9 avril, Ali Lmrabet est à nouveau convoqué: à 14h au commissariat de Rabat et à 14h30 au palais de justice de Casablanca. Il se rend finalement au tribunal où il est entendu sur six affaires relatives à des plaintes de journalistes du quotidien El Ahdath el Maghribia.

 

 

Rendez-nous Ali Lmrabet

A lire Egalement:

ALi Lmrabet Incarcéré

Et en Tunisie...

le Webmaster Zouhair Toujours en Danger...

Il Faut Sauver le Webmaster Zouhair

Retour  Médias

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc