Le Festival de Tétouan dévoile son programme

 

41 films méditerranéens seront en lice pour le Grand prix de la ville de Tétouan du court et long métrages et le documentaire de la 16 édition du festival du cinéma méditerranéen qu'accueille la ville du 27 mars au 03 avril prochain.

"Dès l'Aube" de Jilali Ferhati.

12 long métrages dont deux marocains concourent pour le grand prix de cette catégorie. Il s'agit de "Les Oubliés de l'Histoire" de Hassan Benjelloun et "Dès l'Aube" de Jilali Ferhati. Un choix effectué, selon les organisateurs, en concertation avec les critiques de cinéma et les journalistes marocains. Sauf que le choix de ces derniers a porté sur deux autres films que les organisateurs n'ont pu retenir. Le premier, "Pégase" de Mohamed Mouftakir dont le producteur aspire conserver pour le prochain festival de Cannes alors que le second, "The Man Who Sold The World" de Swel & Imad Noury, que les organisateurs déclarent simplement n'ont pu avoir l'accord de sa productrice. Une situation délicate qui affaiblit certes la participation marocaine dans cette section.

En compétition également, "Dowaha" (Les secrets) de la tunisienne Raja Amari, une sélection à la dernière biennale de Venise et lauréat de plusieurs prix internationaux, "La mujer sin piano" (La Femme sans Piano) de l'espagnol Javier Robillo, vu au dernier festival de Marrakech et "Couleurs naturelles" qui marque le retour de l'égyptien Oussama Faouzi, auteur notamment de "J'Aime le Cinéma" qui avait participé dans une édition précédente du festival de Tétouan.

On retiendra toutefois l'absence du cinéma de l'est du rive méditerranéen (Bosnie, Croatie, Serbie...), l'un des plus créatifs et des plus innovants dans la carte mondiale. Une absence que M. Ahmed Housni, le directeur du Festival, explique par des difficultés techniques relatifs à l'incapacité du festival de fournir un sous-titrage électronique devenu désormais une norme des plus grands festivals dans le monde. Alors que l'absence du cinéma grecque de cette section, toujours selon M. Housni, est due à la nature des sujets traités par les films reçus par le festival (homosexualité...) peu appropriés à un public local et qui risquent ne pas avoir de visa de projection.

Côté court, en plus de "L'âme perdue" de Jihane El Bahhar et "Poupiya" de Samia Charkioui retenus par les critiques pour représenter le cinéma marocain dans cette section, les organisateurs ont jugés bon d'inclure les films en hors compétition, "Sin palabras" d'Othman Naciri et "A ton chevet" d'Abdeslam Kelai. 17 oeuvres seront ainsi en lice pour le grand prix du court métrage. Les quatre films marocains seront en lice à coté de films venant d'autres pays du pourtour méditerranéen notamment l'Espagne, la Tunisie, l'Italie, la Palestine, la Turquie, le Liban, la Grèce et le Portugal.

Pour le documentaire, le festival a retenu 12 œuvres pour concourir en compétition avec la volonté de réhabiliter ce genre en déplaçant les projections vers la salle officielle (Avenida) au lieu de la petite salle de l'institut français qui marginalisait cette section compétitive. Signalons toutefois qu'aucun film marocain ne figure dans cette section. Une absence que les organisateurs expliquent par le non envoi des réalisateurs marocains de leurs films ou de le faire après les délais.

Deux jurys, l’un pour la fiction et l’autre pour le documentaire, départageront les oeuvres en compétition. Le premier est présidé par le français Pierre Henri Deleau, Délégué général du Fipa. Il sera entouré de l'acteur et musicien Younes Megri, du réalisateur Ahmed Bouchaala (Franco-algérien) aux cô tés de la réalisatrice Narjess Nejjar et de la présidente du Festival MedRome, Ginella Vocca (Italie).

Celui du documentaire est présidé par le marocain Mohamed Mrabet Khaireddine Gounajjar, entouré de Saad Hendawi, réalisateur (Egypte), Carla Subirana, scénariste et réalisatrice (Espagne), Georgis Lazarevski, réalisateur, (Belgique) et Mohamed Benaboud, Universitaire-chercheur (Maroc).

Le programme de cette édition prévoit, en outre, une rétrospective de 10 ans de cinéma maro.cain avec projection de 14 films sélectionnés pour refléter la diversité de la production nationale dans cette période.

Retenons également la projection en ouverture du film "Les Gas du Bled" qui met en avant de la scène plusieurs acteurs originaires de Tétouan et dont les événement se passent dans la région de la ville sous la direction d'un gars du bled,e Mohamed Smail.
 

Maghrebarts
21/03/2010


Voir également:

16éme Festival International du Cinéma Méditerranéen de Tétouan

Autres actualités cinéma

Maghrebarts Home


  Cinénews

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc