Maghrebarts Home

 


 Cinéma

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens
 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

Adil Semmar
02/08/2002

Lois de Production Cinématographique: L'heure de la Libéralisation?

 

Les ricochets du bras de fer entre le Centre Cinématographique Marocain (CCM) et la Chambre Marocaine des Producteurs de Films (CMPF) se répètent mais ils se ressemblent pas. En effet, La chambre vient de rendre public un communiqué dans lequel elle dénonce crûment les amendements apportés en catimini par le CCM à la loi régissant la production cinématographique au Maroc.
Le corps de ces amendements porte sur le statut juridique des sociétés de production cinématographique adoptée en 2001, notamment sur l'autorisation d'exercice et de tournage. Ainsi, selon la nouvelle loi proposée, les sociétés de production ne sont plus assujetties à la condition d'être gérées "soit par un réalisateur, soit par un directeur de production détenteur de la carte d’identité professionnelle depuis trois années" comme stipule la loi de 2001. Une démarche qui ne semble pas plaire à la chambre (CMPF) qui n'a pas été consultée par le CCM.
Le communiqué de La Chambre précise que cette même loi avait, auparavant, fait l’objet de plus d’une discussion entre les deux institutions. Les articles relatifs à la production cinématographique ont été discutés en assemblée générale au sein de la Chambre, puis avec le CCM. Certains points de cette loi ont fait l’objet de grandes discussions entre le directeur du CCM et les professionnels, précise la même source. Les points de discorde entre le CCM et la CMPE, rajoute le communiqué, "ont été rediscutés sous l’arbitrage du secrétaire général du Ministère de la Communication, suite à quoi, la CMPF a participé à plusieurs séances de travail au Parlement avec les membres de la commission de la communication afin de les sensibiliser et leur expliquer les différents articles de ladite loi qui a été votée fin 2000 et est parue au Bulletin officiel en février 2001.
Pour la CMPF, être producteur cinématographique c'est exercer une activité qui exige "beaucoup de professionnalisme et est hautement capitalistique : il s’agit donc de la confier à des professionnels ayant une certaine expérience." Selon le même bureau, la suppression d’une gestion par des professionnels ne peut aboutir qu’à une anarchie du secteur et une augmentation du chômage chez les professionnels. L’article 7, stipulant que l’autorisation de tournage de films ne peut être délivrée qu’aux entreprises de production définies à l’article 2, à l’exception des films de reportage produits par les télévisions marocaines ou étrangères, a également été abrogé. Ce qui signifie que dorénavant, une autorisation de tournage peut être délivrée à quiconque. Même à des sociétés non autorisées à exercer. «Notre point de vue est qu'une société de production étrangère doit collaborer avec une entreprise de production marocaine pour pouvoir tourner au Maroc. Cela responsabilise l’entreprise marocaine, garantit un transfert de technologies..., » déclare le bureau de la Chambre.
Il faut toutefois avouer que les amendements sont de taille. Faut-ils dire réforme ? En faite, les amendements peuvent également être décrits comme une libéralisation d'un secteur qui a demeuré sous un monopole consensuel pendant de longues années. Le bon coté de cette réforme c'est que les jeunes cinéastes auront plus de liberté pour monter leurs productions. Bien sur c'est pas le souci qui a motivé le CCM et son directeur, loin s'en faut.
Si les membres de la chambre ne sont pas contents, c'est qu'ils ont été doublement mis sur le gril, d'abord comme producteurs et puis comme cinéastes qui devront faire face demain à une concurrence, disons loyale. Reste à savoir si la l'accès au fonds de soutien connaîtra le même sort: LA LIBÉRALISATION.

 

 

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc