Maghrebarts Home

 


   Arts Visuels

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

 

Amsterdam Expose 5.000 ans de la Civilisation Marocaine

 

Un air de la civilisation arabo-berbère règnera jusqu'en avril 2005 sur la Nieuwe Kerk d'Amsterdam invitant ainsi les milliers de visiteurs Néerlandais à jeter un nouveau regard sur la culture marocaine ou de découvrir une civilisation millénaire peu connue dans cette partie du monde.

Minbar de la Medrasa Bouanania
XIV siècle

Une exposition aussi riche que diversifiée: Bronzes de l'époque romaine, bijoux phéniciens, Minbar de la Medrasa Bouanania, un chef œuvre en bois sculpté datant du XIV siècle, des costumes traditionnels et mosaïques. 300 trésors présentés de manière thématique et chronologique proposant au visiteur une entrevue avec le Maroc depuis l'époque préislamique jusqu’au temps modernes.

L'exposition évoque un pays montagneux, ceint de deux mers et d'un désert où se sont croisées des civilisations venues d'Afrique, d'Europe ou d'Orient, chacune laissant en héritage de magnifiques objets et oeuvres d'art.
Le visiteur découvre ainsi un magnifique buste en bronze de Juba II, ce prince berbère éduqué à Rome à qui l'empereur Auguste rendit, en 25 avant Jésus Christ, son royaume du Maroc (appelé Mauritania à l'époque). Juba II avait épousé la fille de Cléopâtre.

Ce buste, une des pièces maîtresses de l'exposition, fait partie d'une collection méconnue de bronze romains du musée archéologique de Rabat. Un peu plus loin, des mosaïques d'une villa romaine au nord de Meknès précèdent des Zellij, ces mosaïques multicolores aux motifs en filet, héritage des Arabes arrivés en 647.

Avec eux, le Maroc s'islamise et établit des échanges rapprochés avec le monde arabo-andalou, de l'autre côté du détroit de Gibraltar. Un "minbar", chaire utilisée par l'imam dans une mosquée pour son prêche, témoigne du talent des ébénistes marocains: le bois paraît brodé d'entrelacs floraux et de motifs géométriques incrustés d'ivoire. La calligraphie prend son essor comme l'illustrent des exemplaires du Coran et de traités de médecine.

Désireux de montrer le brassage des cultures qui s'opère au Maroc, les commissaires de l'exposition ont sélectionné des lampes de hanoukka en bronze utilisées par l'importante communauté juive du Maroc, arrivée avec les Phéniciens, mais aussi des stèles chrétiennes.
Des poteries bleues de Fès ainsi que de nombreux bijoux contemporains rappellent la vivacité de l'art dans ce pays désigné comme "l'extrême occident" par les arabo-musulmans, mais perçu comme un des plus proches pays d'Orient par les Européens.

De temps en temps, le son d'un muezzin résonne sous les voûtes de la Nieuwe Kerk. Sous des lampes en fer forgé, au milieu de l'église, un salon de thé marocain a été installé sur une mosaïque spécialement composée par des artistes marocains. "J'espère que les gens se rendront compte que découvrir cette culture est un enrichissement. Inch Allah", conclut le directeur de la Nieuwe Kerk.

Voir également:

Programmes des expositions et spectacles:Agenda

Retour page Arts Visuels

 

 

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc