Maghrebarts Home

 


  Photo & Arts Visuels

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

La Guerre d'Algérie en Photos

 

D'un côté, les photos officielles, celle des affiches, de l'autre les photos "cachées", prises par des combattants ou des journalistes infiltrés: c'est ce double regard sur la guerre d'Algérie que livrent deux spécialistes, Benjamin Stora et Laurent Gervereau, dans une exposition présentée à l'Hôtel de Sully à Paris.

"Un demi-siècle après, nous voulions jeter un regard plus distancié sur cette guerre", explique à l'AFP Benjamin Stora.

Ce bilan photographique doit "permettre à chacun de s'interroger, moins sur les opérations en elles-mêmes, que sur ce qu'une société a bien voulu en voir, et des gouvernements en montrer", soulignent les commissaires de l'exposition.

Venues de multiples sources, professionnels ou amateurs, 158 photographies sont rassemblées sous le titre "Photographier la guerre d'Algérie" à l'Hôtel de Sully, à Paris.

Dans l'une des salles, sont exposées les photos "invisibles", peu ou pas publiées pendant les huit années de cette guerre (1954-1962), qui, longtemps, n'osa pas dire son nom.

En quatre photos saisissantes, la photographe de presse américaine Dicky Chapelle, accueillie plusieurs semaines dans le maquis algérien par un groupe de combattants, raconte le jugement et l'exécution d'un traître, complice de l'armée française.

Des albums vieillis présentent les images maladroites, aux bords dentelés, prises par des appelés. Sur l'une d'elles, une femme nue debout entre deux soldats en tenue de combat. Les yeux des sujets sont cachés. Il s'agit, dit la légende, d'"une jeune Algérienne soupçonnée d'être la maîtresse d'un des combattants de l'ALN (Armée de Libération nationale), violée à plusieurs reprises, notamment par des harkis. Elle est morte peu après".

Sur le même thème, figurent les photos éloquentes, propriété de France Soir mais jamais publiées, prises le 17 octobre 1961, qui illustrent sans équivoque la brutalité de la répression des manifestations algériennes qui ont eu lieu ce jour-là à Paris.

Dans la pièce adjacente, ce sont les photos "montrées", d'une part celles qui exaltent la grandeur et le sacrifice des combattants français, et d'autres part, bien moins nombreuses, celles utilisées pour leur propagande par les indépendantistes algériens. Les unes illustrent des ouvrages de Marcel Bigeard ou Jean Lartéguy, les autres figurent dans El Moudjahid, l'organe central du Professeur d'histoire du Maghreb à l'INALCO, Benjamin Stora avait déjà présenté en 2002 et 2003, dans le nord de la France, des "images de la guerre d'Algérie". Il a voulu cette fois "passer de la mémoire visuelle à l'histoire".

C'est pourquoi, pour cette nouvelle exposition, "nous aurions aimé avoir davantage d'images venant d'Algérie", explique-t-il.

L'exposition rend hommage aux anonymes, aux agences de presse (Keystone, mais aussi aux photographes travaillant pour l'armée, comme Raymond Depardon, Marc Flament ou Marc Garanger.

Raymond Depardon, alors au début de sa carrière, effectuait son service militaire en Algérie 1962. Ses photos des accords d'Evian paraîtront dans le journal Le Bled, "hebdomadaire militaire d'information".

Marc Garanger trouve sa place dans l'exposition grâce aux 2.000 portraits de femmes algériennes prises en 1960 et dont quelques uns figurent ici. "J'ai reçu leur regard à bout portant, premier témoin de leur protestation muette, violente", écrit-il dans un recueil publié en 1982.

 

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc