Maghrebarts Home

 


 Arts Visuels
Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

 

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

 

 

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

A Propos de l'exposition des calligraphies de Bour-Qaiba

Moulay Smaïl Bour-Qaiba travaille la mémoire. La sienne. Celle de son pays, le Maroc. Pour lui, elle est sacrée et vivante. Sacrée parce qu'elle atteste du respect du territoire. Territoire que Délimitent les frontières, mais que l'esprit libère et que la culture engrange. Vivante parce qu'elle renouvelle la tradition, conserve aux rites leur signification première. Signification qui donne racine à nos actes d'aujourd'hui.

Son travail est un miroir qu'il tend aux humains de son époque pour qu'ils y lisent l'ailleurs de la mémoire. Cette partie de nous-mêmes qu'il faut porter à la surface de notre conscience pour que s'y tissent, en filigrane, nos histoires individuelles et notre Histoire commune. Ainsi se révèle le destin semblable des hommes. Et ce n'est pas le hasard si Moulay Smaïl Bour-Qaiba porte, tout d'abord, son attention sur l'utilisation du métier à tisser dans les diverses régions marocaines.

Le tissu n'est-il pas le symbole parfait de l'enchevêtrement, du métissage, de la dialectique entre l'immédiateté et l'éternité ?
Immédiateté du vêtement que l'on porte et du tapis que l'on foule. Eternité du motif, permanence de la forme, mais contingence, pourtant, de l'objet utilitaire.
Voilà le point de friction entre la vie et l'art qu'il exprime. Le moment de vérité pour l'artiste...
Ce n'est pas, non plus, le hasard qui l'a fait calligraphe.

Son art trempe sa plume dans la plus pure tradition de la calligraphe arabe, mais elle s'imprègne aussi de la tradition marocaine de style maghribi qui varie selon les toponymies régionales.

L'art calligraphique n'est pas une décoration de la lettre, mais l'expression originale d'une langue, de sa saveur et de la terre qu'elle conte. Elle recèle toutes les richesses de la géographie des conquêtes musulmanes. De la Turquie à la Perse, de l'Andalus au Maghreb, elle porte les traces des peuples et de leur culture.
Moulay Smaïl Bour-Qaiba taille lui-même ses calâmes dans le roseau sec et tire son encre de la laine des moutons égorgés lors de la fête du sacrifice, mélangée à la pierre noire constituée par la poudre de safran naturel, des écorces de noyer et de celles de la grenade.

Double symbole : le geste d'Abraham n'est-il pas la plus belle expression de l'entière soumission de l'homme à la volonté de Dieu et l'habit des soufis, hommes d'Allah par excellence, n'est-il point fait de la toison des moutons ?
D'ailleurs, Moulay Smaïl Bour-Qaiba mène la symbolique jusqu'à son terme puisqu'il trace son trait sur la peau tannée des bêtes sacrifiées. Ici, la mort est transcendée par le travail créateur de l'homme et prend sa signification en manifestant dans le geste humain la présence du divin.

Les préceptes d'Averroès calligraphiés par Moulay Smaïl Bour-Qaiba sont d'ailleurs l'expression de ce qui fait l'originalité de la pensée musulmane. Tous appellent les hommes à la réflexion, à la quête scientifique, à l'utilisation de la raison et à la pratique scrupuleuse de la tolérance.
Et, c'est dans ce geste que le travail de Moulay Smaïl Bour-Qaiba trouve sa pleine unité. Le tisseur rejoint le calligraphe. Entre les filaments noirs de l'encre apparaît le sens enfoui sous l'épaisseur du trait.
Et, la technique utilisée par l'artiste n'est pas sans rappeler la danse rituelle des soufis. Le texte central dédie son commentaire par entrelacs, tournant autour de l'idée principale par phrases successives comme tournent les planètes au tour du soleil et autour d'elles-mêmes jusqu'à ce que le sens enivre l'esprit.

Ainsi, Moulay Smaïl Bour-Qaiba s'attache à faire surgir l'indicible pour nous le rendre plus transparent que l'eau des rivières où les femmes du Maroc baignent la laine à carder des moutons.

Michel LAFARGE

Autres expositions: Voir Agenda
Retour Arts Plastiques

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc