Maghrebarts Home

 


   Arts Plastiques

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

 

Mahjoubi Aherdan: L'Art Berbère Revient à Tenerife

 

L'exposition de l'artiste-peintre Mahjoubi Aherdan, organisée à la galerie Bellas Artes de Santa Cruz de Ténerife, représente une esthétique propre du discours contemporain mais également un "acte culturel d'ouverture" sur l'autre, un "trait d'union" entre deux peuples.

Initiée par le gouvernement canarien, l'exposition, qui rassemble en 56 œuvres les récents travaux de Mahjoubi Aherdan et une sélection de la collection privée de l'artiste, se veut un "pont culturel africain entre le Maroc et les îles Canaries", commente le célèbre critique d'art Antonio Zaya pour qui ce genre de manifestation a le mérite de dissiper "les nuages noirs que d'aucuns ont installé sur les têtes de nos peuples".

"Car au-delà de l'art, cette exposition, la première d'un peintre nord-africain dans les Iles Canaries, est surtout un trait d'union entre les peuples canarien et marocain", dit-il à la MAP.

Plus qu'une portée artistique, cette exposition remue le passé berbère de cette région autonome. "Les Canaries sont la fusion de plusieurs cultures mais nos origines préhispaniques étaient berbères et pour cela il est important d'avoir ce lien avec d'autres cultures proches de nous", explique à la MAP le ministre canarien de la Justice José Miguel Ruano, qui a inauguré l'exposition au côté de la vice-ministre canarienne de la Culture Dulce Xerach ainsi que d'autres personnalités du monde politique et des arts. "Nous avons vécu en retrait par rapport au Maghreb, et il est essentiel d'avoir de bonnes relations avec nos voisins particulièrement le Maroc", ajoute-t-il.

Ce genre de manifestations vise à rapprocher les deux peuples, estime pour sa part Mme Xerach. "La population canarienne ne connaît pas beaucoup le Maroc, et par cette initiative, nous voulons connaître tout ce qui nous unit à ce pays avec lequel nous partageons une culture commune". Elle déclarera avoir été conquise par les œuvres d'Aherdan qu'elle a découvert lors d'une récente visite au Maroc. Chacun, dit-elle, est libre de donner sa propre interprétation de l'œuvre.

Chaque tableau suggère, mais n'explique pas totalement. C'est tour à tour un espace céleste marin, un ciel d'oursin qui semble s'approprier la toile, beaucoup de poésie, de la rêverie et du mystère. Pour Antonio Zaya, l'œuvre de Mahjoubi Aherdan est comme le poème, son propre sujet, sa calligraphie, son propre réseau qui reflète sa personnalité multiple, où il explore la mémoire, l'utopie et les rêves.

"Aherdan, ce personnage particulier, mythique aux multiples facettes à la stature d'André Malraux ou Léopold Sedar Senghor", qui, en plus d'être un peintre exceptionnel et un grand poète, est un politique né et surtout un personnage incontournable de la culture millénaire amazigh. Vêtu de l'habit traditionnel, le poignard en bandoulière, les pans du turban blanc immaculé flottant dans la douce brise de la nuit de Ténérife, Mahjoubi Aherdan, l'artiste - peintre, contemple dans "mémoires de vies, un retour vers le futur" ses œuvres depuis 1956 à nos jours.

Cette exposition Mahjoubi Aherdan la veut un "acte culturel d'ouverture" pour qu'elle "contribue au renouveau de cette relation culturelle" avec ses personnages authentiques, ses vrais acteurs, ses voix et ses œuvres. Après l'enfantement de Casablanca en 2003, aujourd'hui, c'est à Ténérife qu'il fait "un retour vers le futur". Une métaphore qui donne tout le sens à sa peinture. "Cette peinture s'est imposée à moi", explique Mahjoubi Aherdan dans une déclaration à la MAP.

C'est une peinture "authentique" inspirée par "la nature" dans laquelle il vit et par des "réminiscences du passé". "C'est ma culture qui ressort", dit-il. "La culture amazighe, même si elle est présente sous une forme complexe, implicite, onirique, parfois calligraphique, gestuel et quelquefois inconsciente, demeure une constante dans le discours esthétique d'Aherdan", commente Antonio Zaya, le commissaire de l'exposition qui classe les peintures métaphysiques de ce peintre surréaliste, parmi les œuvres de peintres célèbres, tels que le Canarien Juan Ismael, le poète et peintre belge Henri Michaux, où encore le syncrétique cubain Wilfredo Lam. Les œuvres de Mahjoubi Aherdan seront exposées pendant un mois aux îles Canaries, et seront ensuite exposées à Madrid, Cordoue et probablement Barcelone.

Avec MAP
07/05/2005

Voir également:

Programmes des expositions et spectacles:Agenda

Retour page Arts Plastiques

 

 

 
 

 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc