Maghrebarts Home


 Arts Plastiques

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

 News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

L’horloge Biologique de Yamou

Une forme noire surgit, criblée de clous qui donnent à la surface bitumée une vibration métallique, gigantesque germe qui de la terre obscure aspire à la lumière, cactus-phallus au sommet duquel pousse une touffe verdoyante de végétation. Non pas une, mais douze formes ondoyantes qui s’installent en un ballet circulaire. C’est l’horloge biologique, l’une des oeuvres de l’artiste marocain Abderrahim Yamou.

On entre aisément en communication avec cette oeuvre qui évoque tout ensemble l’éternité cosmique par sa configuration circulaire et le processus temporel de création et de détérioration de notre intimité biologique. "La plante est continuité et changement, elle exige une interaction. Elle est aussi photosynthèse, elle apporte la vie. Le clou, le métal est aussi continuité et changement, il rouille, il porte en lui le processus d’oxydation, la détérioration, la mort." L’artiste joue des contrastes: le bitume est l’antiplante, la touffe de végétation est comme l’herbe au bord de la route. Il a choisi le beau noir du bitume comme pour calmer la véhémence vitale qui s’exprime dans la verticalité des formes.

On peut aller plus loin dans la compréhension de l’oeuvre si l’on connaît les sources d’inspiration de l’artiste. A. Yamou a été fasciné par les statues N’Kondé du Congo. Chez ce peuple, une figure anthropomorphique est taillée dans le bois par un sculpteur, puis le prêtre la sacralise en l’enduisant d’un amalgame de sang, de résine et de dépôts végétaux, les membres de la communauté viennent ensuite y planter des clous qui scellent un contrat social, moral, conjugal ou spirituel. Cette idée d’interaction entre objet et sujet est présente dans l’installation de A. Yamou où les clous peuvent représenter la multitude des hommes invités à conclure un contrat avec la vie, où l’élément végétal appelle l’entretien pour créer le cycle biologique.

Michel Pennitier - 1999

  

Autres expositions: Voir Agenda
Retour Arts Plastiques

 
 

 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc