Maghrebarts Home

 


 Arts Plastiques

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts.ma à vos sites préférés

 

Noufissa Benjelloun: Lueurs intimes

 

Noufissa Benjelloun sait que le monde est autant vécu que rêvé. Peut-être même, sans doute plus rêvé que vécu. Ce n'est pas pour rien qu'elle est psychiatre et que, dans l'immense domaine de la psychologie des profondeurs, c'est du côté des enfants, ces merveilleux informulés et qui, de merveilleux peuvent devenir douloureux, c'est du côté de l'enfance en tous ces magnifiques pouvoirs, qu'elle porte son regard de spécialiste.

Mais ce médecin, ce psychiatre est resté lui-même, (quelle chance ! et quel risque !) un enfant étonné en mal de formulation. Les enfants aiment les images, Noufissa, elle, aime les peintures. La peinture est son obsession, son type particulier de folie.

Chacun de nous aime à s'exprimer au point le plus significatif de lui-même: le point de Noufissa, ce furent longtemps ces couleurs jetées sur la toile, sur le papier, dans un grand désordre affectif, avec une bouleversante candeur, pour que soit enfin rejoint par elle ce lieu d'intime incandescence où s'abriter dans la chaleur de ses propres ailes, de son propre rêve, comme l'oiseau dans son nid.

Puis cette violence hasardeuse, Noufissa a réussi à la maîtriser, à en faire un langage. Désormais, tout en retenant de son expérience d'hier l'exaltation expressionniste qui faisait son travail dépendre tant soi peu de l'abstraction lyrique et de la rêverie cobra, la voilà qui va, de gouache en gouache, de toile en toile, vers une syntaxe plus assagie (mais heureusement point du tout sage) des valeurs colorées dont il semble qu'elles soient secrètement articulées, si fluides soient-elles, autour des règles invisibles et subtiles qui président à l'art de la composition.

Comme Bazaine, comme Estève, Noufissa Benjelloun, fille spirituelle de ces grands maîtres rêve l'espace comme un lieu à la fois de resserrement et de dilatation où les touches de couleurs savent s'organiser d'instinct en pulsions, en pulsations, herbages et prairies que vient dominer le vent, sous-bois comme éclairés par la braise du jour -du jour qui regarde ailleurs.

En somme, et pour dire vite, Noufissa Benjelloun, comme tous les vrais peintres - et je salue ici l'augure de son talent - est savamment, naïvement, créatrice d'un "ailleurs" qui est aussi bien "ici".

 

Salah Stétié
 membre du comité directeur de l'Association internationale des critiques d'art

 


© 2001 - Maghrebars.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc