Maghrebarts Home


   Arts Plastiques

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels

News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

 

Nouvelle exposition de l’artiste plasticien Larbi Cherkaoui, qui continue sur sa lancée avec sa thématique originale de la lettre, sa brillante gestualité toute fibres et toute nerfs, ses tons pigmentés n’allant pas (sciemment) au-delà de trois ou quatre couleurs généralement chaudes, pour assurer et la profondeur et les contrastes cibles, - formule éminemment personnelle de l’artiste.

Désormais reconnu, son style a toujours eu pour mobile fondamental celui d’entreprendre d’abord une vaste et systématique investigation de l’espace pictural, en comptant en parallèle avec chaque vibration graphique ressentie, la plus douce comme la plus tonique, afin d’aboutir à un rendu ordonné au maximum et par conséquent harmonieux.

Depuis longtemps déjà, Larbi Cherkaoui a réussi à libérer la lettre de sa technique d’application usuelle, d’un sémantisme adipeux et de son esthétisme bon marché. Pour en faire, à sa manière, une bien mystérieuse vocalise chromatique (au sens où l’entendait Kandinsky), où les formes s’apparentent à un alphabet « démiurgique » éclaté en autant de mouvements sonores et autrement sacral, en autant de traces filamenteuses, parfois d’éclair.

On pourrait y déceler une adhésion implicite à une abstraction lyrique faisant écho du moins à un Jilali Gharbaoui sinon à un Hartung donnant l’impression d’improvisations sur-le-champ.

Poursuivant méthodiquement son travail, Cherkaoui veille à ce que la lumière accorde signes, taches, traits et fond. L’idée d’automatisme ne serait pas étrangère à cette dynamique plastique qui rompt totalement avec la tradition scripturale en matière d’art calligraphique. On y relève par coïncidence une tension quasi dramatique inhérente aux tons sombres, un enchevêtrement de lignes symptomatique d’anxiété, que l’artiste cherche à démêler au moyen d’un quadrillage qui compose et, en même temps, ne semble guère composer avec l’ensemble. Car, à notre avis s’entend, le souci majeur de Cherkaoui ne serait pas exclusivement dans un agencement plastico-lettral à visée spectaculaire (l’artiste ne veut somme toute tirer de la lettre que sa force suggestive), mais dans ce qu’il pourrait être possible d’extraire de ladite lettre tout en la néantisant, celle-ci étant considérée d’un côté comme plastique à part entière, de l’autre comme l’expression inédite d’un langage métamorphique.

Abderrahman Benhamza
14/11/2008

 

 

Voir également:

Programmes des expositions et spectacles: Agenda

Retour page Arts Plastiques

Le Langage Métamorphique de Larbi Cherkaoui

 

 

 
 

 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc