Maghrebarts Home


    Arts Plastiques

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels


News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts à vos sites préférés

 

Nadia Boulaich à la Galerie d'Art Contemporain de Tanger

 

L'artiste peintre Nadia Boulaich expose, du 5 au 26 novembre 2009, à la Galerie d Art Contemporain Mohamed Drissi a Tanger.

A l'occasion de cette exposition, nous vous proposons un article de l'artiste peintre marocain Ahmed Ben Yessef consacré à la jeune artiste Nadia Boulaaich et à son oeuvre.

"Vers le milieu du mois d'avril de cette année, 2009, je me suis rendu en Grenade pour assister au concert du musicien Luis Mariscal aux Salons de l'École d'Études Arabes, "Palais Nazari", et pour visiter l'atelier de la peintre Nadia Boulaaich.

Je reconnais que je n'avais aucune idée de son œuvre picturale, mais seulement de son existence. Je savais qu'elle était de Tétouan, où elle a effectué ses premières études, pour les poursuivre plus tard à la faculté de Beaux Arts, à l'Université de Barcelone, qu’elle est aussi la femme du journaliste Houssine Majdoubi, qui vit en Grenade depuis 1998.

Son œuvre picturale a été pour moi une surprise agréable, tant par son parcours, que par son travail actuel, où la couleur, la forme et la composition des taches, des couleurs et des gammes sont les protagonistes de son oeuvre, s'apparentant parfois à un paysage, à la nature morte, couronnée d’un arc d'un demi point ou ogival, qui transmet au spectateur un message l’invitant à un dialogue sur une plasticité grouillante de sensations.

Par bonheur, Nadia Boulaaich suit un rythme plastique dans son œuvre, sans se soucier de la cantonner dans un thème concret. Elle n’a d’autre souci que son véritable message plastique, parce que la peintre se définit en peignant, comme la danseuse en dansant.

Par malheur, dans l'histoire des Arts Plastiques, il n'existe pas de présence remarquable de la femme. Nadia Boulaaich sera-t-elle une des semences féminines dans ce difficile monde de la peinture ? J’ai eu des compagnonnes tant à Tétouan qu’à Séville pendant mes études de Beaux Arts, qui se sont contentées de la licence, pour s’adonner à la didactique.

 

Toile de Nadia Boulaaich

Le studio de Nadia en Grenade est un jardin parsemé d’illusions et d’espoirs, de ce qu'elle a fait, de ce qu’elle fait et de ce qu’elle fera. En témoigne cette magnifique exposition, aujourd'hui, dans cette belle ville, Tanger, avec l'espoir d'ouvrir un dialogue plastique, si nécessaire pour le peintre, dans ce cas pour la peintre, en tant que couronnement de son œuvre et la manière d’insuffler plus de vie à son travail.

Bien que le monde de la peinture soit une activité laïque, avec plus de fidèles à une tendance qu'à à une autre, la peinture n'est ni figurative ni abstraite. Elle est peinture, pour ne pas dire, elle est bonne ou mauvaise.

Les dernières oeuvres de Nadia Boulaaich peuvent être placées dans la ligne néofigurative. C’est dire que ses grands coups de pinceau se développent librement, en nous introduisant dans des paysages, au sein de la nature morte et au milieu de l'architecture arabo-andalouse, comme je l’ai noté précédemment, en soulignant la valeur de la couleur et la manière de la concrétiser dans la toile. Elles baignent dans une lumière difficile à définir, parce que, quand il s'agit d'une œuvre de création libre et sans plafond, ni préjugé classiques ou académiques, la lumière agit au gré des caprices et de la gestualité de la peintre.

Nadia Boulaaich est une peintre coloriste, de grandes et de petites tailles, où la position de l'oeuvre, verticale ou horizontale, est reléguée au second plan. Quel plaisir d’avoir à contempler une œuvre plastique dans toutes les positions, où les formes et la couleur brillent sans avoir besoin de raconter des histoires ou de donner des noms aux espaces concrétisés dans la surface ! Il est très gratifiant et revigorant parfois, de considérer une oeuvre plastique sans conditionnement thématique. L’esthétique dans la peinture est très variée et complexe, mais le but est un.

Juan Ramón Jimenez, prix Nobel de la littérature en 1956 constate que : "Pour regarder une oeuvre d'art, elle ne faut pas seulement tenir compte de ce qu'elle enferme, mais aussi de ce que nous avons, nous, à l’intérieur".

Avec cette exposition, je pense que Nadia a franchi un pas ferme et enrichissant dans son parcours. Ce qui, hier, a été une illusion, un rêve, est aujourd'hui une réalité.

Ahmed Ben Yessef

Maghrebarts
09/11/2009

 

"Nadia Boulaich"
5 - 26 novembre 2009, Galerie d Art Contemporain Mohamed Drissi, Tanger

 

Voir également:

Retour page Arts Plastiques

Expositions actuelles: Voir Agenda

 

 

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc