Maghrebarts Home

 


    Arts Plastiques

Cinéma
Théâtre
Musique
 Médias
Arts Plastiques

Photo & Arts Visuels


News
Agenda
Création
Festivals
Dossiers
Liens

 

abonnement newsletter

Envoyez un email sans changer le sujet
 

annoncer vos activités

s.adil@maghrebarts.ma
 
insérer une publicité

adv@maghrebarts.ma

Ajouter Maghrebarts à vos sites préférés

 

Malika El Kettani: L’impossible délivrance

 

D’une rétrospective, on attend que les travaux exposés esquissent une évolution. La démarche passéiste qu’adopte ce type d’exposition promet de nous faire suivre le cheminement d’une œuvre, les interruptions et les reprises que subit le fil d’une progression dans le temps.

La rétrospective de Malika El Kettani ne répond pas à cette attente. Ce n’est pas d’évolution ni d’involution qu’il s’agit, mais d’une insatiable soif de création qui se traduit par de multiples éclipses et retours de différentes manières de faire, transformant l’œuvre de l’artiste en, à la fois, une vaste panorama de sujets et de tendances et d’un abrégé de toute l’histoire de la peinture. Qu’on ne s’empresse pas de voir dans ces incessants et brusques changements de style une suite de ratages ou d’abandons désespérés. Car l’expérience picturale de Malika El Kettani semble d’abord suggérer la question suivante : l’élaboration d’une peinture personnelle n’admet-elle pas préalablement un inusable effort de tout peindre, un long apprentissage exigeant de s’approprier toutes les trouvailles stylistiques qu’enseigne l’histoire et de mesurer son talent à tous les thèmes de la création artistique ? L’artiste n’est-il pas ce Sisyphe condamné à éternellement recommencer, jusqu’à la délivrance... toujours inaccessible, jusqu’à l’étreinte, heureusement toujours impossible, de son rêve d’absolu?

La rétrospective El Kettani montre des œuvres réalisées lors des deux dernières décennies et qui étonnent par un implacable désir de renouvellement stylistique. L’artiste survole les diverses tendances et jongle avec les faire picturaux dans une totale indifférence à la continuité. Une peinture intuitive et spontanée, sans jamais disparaître définitivement, est abandonnée au profit d’un art de profondeur méditative qui, à son tour, laissera le champ libre à une nouvelle expérience pulsionnelle. Dans cette inépuisable fécondité qui ignore les lignes de démarcation entre les styles, passe le souvenir de tous les courants de l’art moderne et de tous les thèmes de la figuration traditionnelle. Rappelons-le, il est inutile de chercher dans la chronologie une explication aux goûts et aux influences que l’artiste a subies. Les deux décennies 1984-2004 sont parallèlement traversées de toutes les approches et les façons de faire que le matériau de Malika El Kettani a embrassées. Des toiles où s’affirme un maniérisme acharné s’inquiétant d’imprimer sur la toile un labyrinthe polychrome se muent en de vastes compositions donnant l’occasion à une réflexion surréalisante, avec une laborieuse application à l’invention du mystère. Je pense à cette impressionnante toile de 1987 où des formes reptiliennes surgissent de nulle part pour surprendre cet orchestre à l’œuvre dans une obscurité rattrapée par l’éclat impitoyable d’un soleil détaché et radieux.

Ces tentatives surréalistes sont accompagnés d’essais de constructivisme cubiste déployé dans des toiles où une stylisation vivante sait parfaitement intégrer à la rigueur de la plastique géométrique l’expression du drame humain. Mais la misère de la condition humaine triomphe surtout dans ces tableaux de l’année 2000, œuvre d’un expressionnisme dédramatisé où des personnages se disputent la surface plastique pour imposer au regard leur visage sans traits, leur angoisse à la fois intense et anonyme. Ces compositions aux proportions importantes frappent par l’atmosphère ouatée qui s’en dégage, mettant en œuvre un jeu de lumière qui tantôt éclaire un visage, tantôt le plonge dans la nuit noire. Il semble que cet inquiétant effacement infligé à la figure soit l’aboutissement d’une démarche initiée dès 1995, représentée par des toiles où le regard des personnages est, au contraire, soigneusement travaillé pour dire le désespoir d’une humanité pourchassée. Mais la figure n’est que l’un des motifs du vaste répertoire de thèmes traditionnels abordé par l’artiste. L’œuvre de Malika El Kettani abonde en paysages, natures mortes, tableaux animaliers, qui font preuve d’une remarquable objectivité scopique. Dans ces toiles consacrées à des bouquets de fleurs, à des éléphants égarés dans l’immensité de la nature, il n’entre rien de l’artiste dans ce qu’il voit, aucune sentimentalité mièvre, aucun romantisme, seul un dévouement aux sujets, servi par cette puissante faculté d’oubli de soi et, dans le cas de certaines natures mortes, par le souci de porter la ressemblance à son plus haut degré d’illusionnisme visuel.

Si cette méthode imitative travaille à exclure tout psychologisme, elle prête ses motifs, notamment le cheval et le corps humain, à des essais matiéristes qui affichent un louable effort de dramatisation. Morceaux de tissus et papiers mâchés sont marouflés sur la toile en fonction de la vision que l’artiste a l’intention de faire surgir des reliefs. Sans gêner la maîtrise du dessin, l’empâtement permet de sensationnelles audaces défiguratives. L’un de ces tableaux donne à voir des silhouettes humaines calcinées, décomposées sous l’effet d’une force invisible. La couleur est anéantie. Les reliefs grattés re-figurent un blanc douteux sur un fond indéfinissable, parfaite traduction de la fragilité de l’homme écrasé par le temps qui passe. De ces effets de matière, l’artiste dit qu’ils sont « le résultat de visions intériorisées ». Mais le tableau matiériste sert aussi de support à une peinture qui bannit totalement le sujet. Dans ce large éventail de style qui se dédoublent, se génèrent, se rappellent et s’effacent les uns les autres, on ne s’étonnera pas de voir des œuvres où la quête de l’artiste s’emploie à ruiner l’idée même de représentation. L’abstraction se fait jour depuis les débuts du peinture, pour ne jamais disparaître. Certaines toiles réalisées dans cette voie expriment une sensibilité à la construction solide et massive communiquant une impression d’immuabilité, tellement la forme et la couleur sont indissociables. D’autres compositions se font le réceptacle de plusieurs lyriques qui, dit l’artiste, livrent « les agitations de l’âme dans la folie du geste ». Chutes, explosions et ratures flamboient dans des jaunes éblouissants et s’abîment dans des rouges de consumation intense, actionnant des rythmes pressés jaillis de gestes internes à la couleur.

Malika El Kettani continue d’ériger une œuvre à la fois reposante et tourmentée, empreinte d’un étonnant mélange de raffinement et de violence. Il ne serait pas étonnant non plus que cette incommensurable prolifération de styles soit accompagnée d’une réflexion conceptuelle et esthétique de l’artiste sur son travail. Le peintre qui n’a commencé à exposer que très récemment tient sur son œuvre un discours d’une respectable cohérence. Discrète et taciturne, la femme parle avec enthousiasme de ses nombreux voyages et des artistes qui l’ont le plus marquée : Cézanne, Van Gogh, Modigliani, Dali, etc. Mais, de cette artiste qui survole les sujets et les manières de peindre avec indifférence, on s’attend à ce qu’elle adopte la même indifférence à ce que pense le public de son œuvre protéiforme et, par là, dépossédée de la marque d’une sensibilité individuelle. Il n’en est rien. Malika El Kettani a l’écoute attentive et sincère, aussi assoiffée que sa volonté de créer : « L’art, déclare-t-elle, est d’abord le partage d’une expérience personnelle. Je suis toujours très curieuse de savoir ce qu’on pense de ma peinture. Je suis convaincue que je ne peux imposer mon nom et mes idées que grâce au soutien des autres.»

Youssef Ouahboun

"Malika El Kettani Retrospective"
4 - 20 mai 2004, Galerie du Centre Culturel de l’Agdal - Rabat

 

 

Voir également:

Retour page Arts Plastiques

Expositions actuelles: Voir Agenda

 
 


© 2001 - Maghrebarts.ma
info@maghrebarts.ma
BP 2523 RP 10 000 Rabat - Maroc